:

.






1. Lintroduction.

Notre poque n'crit plus ; l'homme moderne prfre

tlphoner. Cette double affirmation, souvent entendue, nous

parat fort discutable. En ralit, l'homme de notre sicle

crit presque autant de lettres que ses pres ; seulement, il

les fait plus courtes, plus prcises et plus utiles.

La grande poque des bavardages pistolaires est rvolue. Le

temps n 'est plus des Svign et des Voiture. La lettre moderne

a cess d'tre un genre littraire un aimable passe-temps.

Elle est devenue le meilleur et le plus sr moyen de rgler

courtoisement, de faon prcise et tangible, tous les rapports

sociaux, qu'il s'agisse de nos obligations amicales, de nos

relations d'affaires ou de notre correspondance officielle.

Pour ceux que nous aimons, le tlphone ne remplacera jamais

les lignes qu 'a traces une main chre ; jamais, non plus, les

hommes d'affaires ne se contenteront d'une conversation

commerciale qui ne serait pas suivie d'une confirmation crite

; jamais, enfin, on ne pourra prsenter une requte importante

quelque haute personnalit autrement que par lettre.

Lettres d'amour, de convenance ou d'amiti, lettres de

recommandation, de courtoisie ou d'affaires, lettres de

rclamation ou lettres de crdit dans tous les domaines, quoi

qu 'on fasse, la lettre est reine, la lettre demeure.

Beaucoup de personnes, mme parmi celles qui ont reu de

l'instruction, se trouvent par-fois fort embarrasses pour

crire certaines lettres.

Telle, qui n'a rdiger ordinairement que des lettres

commerciales, ne sait en quels termes formuler, par crit, une

dclaration de sentiments, une lettre de condolances, une

demande de protection.

Telle autre, n'ayant jamais eu correspondre qu'avec ses

parents ou des amis, s'meut l'ide d'crire une lettre

d'affaires.

Enfin, quelle que soit la classe sociale laquelle on

appartient, on doit, en crivant des personnages, des

suprieurs, se conformer des rgles imposes par l'usage

autant que par la biensance, et que tout le monde ne connat

pas.

Il est cependant trs important, quel que soit l'objet d'une

lettre, de l'crire de manire qu'elle donne celui qui la

lira une opinion satisfaisante de celui qui va crite. Mal

tourne ou confuse, trop courte ou trop longue, trop familire

ou trop solennelle, elle ira le plus souvent l'encontre de

son but : elle pourra indisposer le destinataire et faire

supposer chez son auteur des mobiles, des sentiments fcheux,

une mauvaise ducation, etc...

C'est que, pour crire correctement et de manire tenir

toujours son style au diapason du sujet que l'on traite, il

faut un tour de main , une facilit de conception qui ne

s'acquirent que par la pratique. D'ailleurs des occupations

trop absorbantes, le manque d'entranement intellectuel, une

grande timidit, font souvent que mme l'on n'crit pas une

lettre ncessaire, faute de rsolution pour s'y mettre et

faute de savoir comment la tourner.

2. Lexposition :

1.Style Epistolaire.

On peut dfinir le style la manire dont chacun s'exprime

en crivant : et, de mme que l'on peut prjuger du caractre

d'une personne par sa manire de parler au cours d'une

conversation, de mme on peut s'en faire une ide assez juste

par son style : Le style, c'est l'homme , a dit Buffon.

Une lettre n'est autre chose qu'une conversation par crit,

mais une conversation dont la dure est limite, et dans

laquelle on n'a pas le loisir de s'carter de ce qui est son

principal objet.

Si l'on se figure .que l'on cause rellement avec la personne

laquelle on crit, on doit s'attacher tre dans sa lettre

aussi simple, aussi naturel qu'on le serait dans une

conversation relle. On doit surtout y garder une politesse

scrupuleuse, quel que soit le motif de la correspondance. La

pense parle et la pense crite sont loin de produire

toujours la mme impression; un mot leste, une familiarit qui

passeraient inaperus dans la conversation, ou feraient tout au

plus sourire votre interlocuteur, pourraient, dans une lettre,

le blesser gravement. Soyez donc toujours circonspect en

crivant, et surtout en crivant des lettres d'affaires, ou

des personnes qui vous sont suprieures par le rang, par la

fortune.

Le proverbe dit qu'i! faut tourner sept fois sa langue dans

sa bouche avant de parler, et Boileau nous apprend que ce que

l'on conoit bien s'nonce clairement . On ne commencera donc

aucune lettre sans rflexion. Il est indispensable, tout

d'abord, de dfinir nettement dans sa pense le but de celle

qu'on va crire ; on doit ensuite choisir les arguments dont on

va se servir, peser les raisons que l'on y donnera. Enfin, il

est prudent de faire mentalement une sorte de brouillon, afin

d'viter les incorrections et les ngligences auxquelles de

mauvaises habitudes de langage pourraient vous exposer.

Il est vident que la lettre ne prte pas aux digressions,

aux dveloppements auxquels peut donner lieu une conversation.

La prcision est la qualit que vous devez principalement

rechercher. Sachez exactement ce que vous voulez dire, et dites-

le en aussi peu de mots que possible. Evitez pourtant d'tre

trop concis, afin de ne pas rendre obscure l'expression de

votre pense. Ne perdez pas de vue que, si vous savez ce que

vous voulez dire. votre correspondant ne l'apprendra que par la

lecture de votre lettre, et que si vous vous tes mal ou

insuffisamment expliqu, il vous comprendra mal ou

insuffisamment.

Evitez d'abuser de termes de votre mtier. Ne faites pas

usage de mots d'argot, ni de mots double sens, ni, bien

entendu, de locutions malhonntes ou indcentes. Ne cherchez

pas blouir votre correspondant par l'emploi d'expressions

recherches. manires, hors de rapport avec l'objet de votre

lettre, l'ducation que vous avez reue, le milieu auquel vous

appartenez.

Dans les lettres d'affaires, dans celles qui se rapportent

des choses dlicates, ne mettez absolument que le strict

ncessaire : relisez-les et, au besoin, refaites-les si vous

vous tes trop dvelopp ou si vous n'avez pas t suffisamment

clair. Les paroles s'envolent, les crits restent; ne l'oubliez

pas.

Dans les lettres de sentiment, n'exprimez ce que vous

ressentez que dans les termes les plus respectueux. Evitez les

grandes phrases, les comparaisons trop flatteuses, les termes

pompeux. Plus que toute autre, une lettre de ce genre doit

toucher. mouvoir celle ou celui qui la lira; une lettre

sincre, dicte par le c?ur, est toujours loquente, alors mme

qu'elle contient des imperfections.

En crivant quelqu'un qui vous est suprieur par la

position sociale, par la fortune, par le talent, sachez rester

digne, tout en tmoignant chacun le respect, la dfrence ou

l'admiration auxquels il a droit : le ton gnral de votre

lettre, d'ailleurs. dpend de son but. Vous pouvez vous montrer

d'autant plus dfrent et respectueux, que vous ne demandez

rien. Si vous demandez un service quelqu'un qui a t en

d'autres circonstances votre oblig ou celui de votre famille,

ne le lui rappelez que trs discrtement, et de manire ne

pas lui laisser croire que vous vous tes cru en droit de

rclamer le paiement d'une dette.

2. Les recommandations gnrales.

Les recommandations commencent par le choix du papier.

a). Le papier lettres.

Dans la correspondance d`affaires il faut utiliser des

feuilles du papier blanc (non rgls), dont le format est de

21x29,7 cm.

b). Disposition matrielle de la lettre.

Il y a une recommandation de la disposition des composantes

dune lettre sur la feuille. Pour des lettres daffaires il y a

un exemple suivant :

|Lieu, date |

|Nom ou qualit et adresse du signataire |

|Qualit et adresse du destinataire |

| |

| |

|(4)Rfrence |

|(5)Objet |

| |

|(6) Formule d`appellation |

|(7) Formule d`attaque |

| |

|(8) Formule de politesse |

| |

|(9) Signature |

2. (2) , , , .

., .

(3) (), .

(4) . :

. .

(5) : , .

(6) .

(7)

.

(8) ().

Voil le modle dune lettre daffaires (Demande de

lemploi) :

Trefard, le 28 octobre 1986

Jacques Sablier

1, rue du Pre-aux-Chevauxe

22904 Trefard

Monsieur le Directeur

De la S. A. E. M. du Mont

Joly

38299 Champblanc

Ref. Annonce n 017520

parue dans le Bulletin dinformation de la region

Rhone-Alpes

Objet : Demande demploi

Monsieur le Directeur,

En reponse a lannonce que jai lue dans

le Bulletin dinformation Rhone-Alpes, je voudrais

solliciter un emploi dinstituteur dans lecole que

vous dirigez.

Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint

un curriculum-vitae. Je me mets, naturellement,

a votre disposition pour vous communiquer les

renseignements complementaires dont vous

avez besoin.

Esperant une reponse favorable, je vous prie

de croire, Monsieur le Directeur, a lexpression

de mes sentiments respectueux.

J. Sablier

On laisse a gauche 80 mm de marges. Apres la formule

dappellation il faut mettre une virgule puis un intervalle

dune ou deux lignes. Ensuite cest le corps de la lettre meme

(les marges de 30-40 mm). Chaque ligne doit etre ecrite tres

droit avec des intervalles egaux entre les lignes. Entre les

alines dune lettre il faut faire un intervalle double.

Lecriture doit etre lisible, il est defendu de rayer et de

corriger.

Il faut noter que lexterieur dune lettre joue un role tres

important et parfois decisif.Certaines lettres

daffaires(par.ex. demande de lemploi) doivent etre ecrites a

la main.Les derniers temps on nexamine meme pas des lettres

mal ecrites. Voila pourquoi il faut bien savoir les regles

suivantes :

1). Il ne faut pas commencer une lettre par le mot Je .

Sauf une Jai lhonneur de vous informer

2). Le premier alinea doit etre bref. Il doit contenir

linformation qui explique la raison de cette lettre. Il ne

doit depasser de 5 lignes.

3). Le deuxieme alinea contient linformation essentielle.

4). Il est mieux de placer une lettre daffaires sur 1

feuille.

5). En tous cas la marge a gauche doit etre droit et la

marge a droite du texte-au moins 20 mm.

6). Dans la formule dappellation il faut ecrire Monsieur et

Madame.

7). Devant la formule de politesse il faut faire lintervalle

de 2 lignes.

8). La signature suit la formule de politesse. Si elle nest

pass lisible il faut ecrire le nom de lauteur dune lettre.

3. Les recettes de base. Voici des conseils qui valent

pour toute votre correspondance.

a). LES TROIS PARTIES DE LA LETTRE.

Quel que soit le genre de la lettre crire, le petit

travail de rflexion qu'elle nous impose est peu prs

toujours le mme. Qu'avons-nous exactement dire ? Sur quels

points devons-nous insister particulirement ? Quels arguments

tenons-nous prsenter et faire valoir ?

S'il s'agit d'une lettre un peu dlicate, importante ou

complexe, n'hsitez pas faire un plan : c'est encore la

meilleure faon d'y voir clair et de ne rien omettre. Une

lettre bien faite, tout comme les dissertations ou les

rdactions que nous faisions en classe, comporte logiquement

trois parties : l'exposition, le dveloppement, la conclusion.

Dans la premire partie, aprs l'appel (Monsieur, Cher Ami,

Chre Madame, Mon cher confrre, etc.), vous exposez ce qui

fait l'objet de votre lettre. Au cours de la deuxime partie,

vous le dveloppez avec tous les dtails et prcisions

ncessaires. La troisime partie sera la conclusion et se

terminera par la salutation finale, encore appele formule de

politesse.

Il est vident que ces parties seront de taille ingale. A la

deuxime, vous ne craindrez pas de donner toute la longueur

ncessaire, tous les dveloppements que vous jugerez utiles.

Les premire et troisime parties peuvent tre tenues pour

accessoires, puisqu'elles ne traitent pas du sujet principal.

Souvenez-vous pourtant qu'elles ont, en fait, une importance

considrable ; en effet, bien rdiges elles soulignent votre

sens de l'ordre, votre logique, votre clart de pense et,

servant de cadre au dveloppement, en facilitent grandement la

comprhension.

Pour crire une lettre sans fautes ni reproches... Une

lettre n'est pas de la littrature. On vous pardonnera de

n'avoir pas de style personnel si vous crivez correctement et

clairement. Fuyez l'emphase, la boursouflure, les formules

prtentieuses. Quand vous crivez, soyez naturel. Restez vous-

mme.

La langue franaise, longtemps langue diplomatique, est la

plus claire qui soit. N'abmez donc pas ce merveilleux

instrument qui vous a t donn pour exprimer parfaitement

votre pense.

Souvenez-vous aussi que vos correspondants ne sont pas tous

des rentiers. N'envoyez donc pas d'interminables ptres. Mme

vos amis, n'imposez pas la lecture de lettres-fleuves ,

mais ne leur crivez pas non plus, par un scrupule inverse, de

lettres rdiges en style tlgraphique. Dans la correspondance

comme en toutes choses, il faut un juste milieu. Affectez une

prcision sans scheresse, soyez simple sans vulgarit, concis

sans laconisme, lgant sans affectation, correct sans

froideur.

Pas de fautes d'orthographe !

Dans le pass, on prenait beaucoup de liberts avec

l'orthographe car elle ne rpondait pas des rgles strictes.

Les grands seigneurs d'autrefois ne rougissaient pas d'mailler

leurs ptres d'innombrables fautes et Napolon lui-mme est

dtenteur en la matire d'une espce de record posthume.

Que ces exemples ne vous .servent pas d'excuse : les fautes

d'orthographe ne sont plus permises. Recourez sans hsiter au

dictionnaire chaque fois que vous tes dans l'incertitude. Les

pages qui suivent vous prsentent quelques-unes des nombreuses

difficults de notre langue, et un moyen amusant d'en vaincre

beaucoup, grce au Jeu des cent erreurs.

Voici d'abord des mots qui, si l'on en juge par la lecture

des journaux, des lettres ou des manuscrits, semblent poser des

problmes beaucoup de monde...

|absorption |ceux-l lui sont |dilemme |

| |dus | |

|accoler |de plain-pied |enivrer |

|annihiler |des ayants droit |en tout cas |

|apptit |des chefs-d'?uvre|il rsout |

|ayez (jamais |des nouveau-ns |ils se sont |

|ayiez) | |succd |

|cela lui est d |de tout temps |soyez (jamais |

| | |soyiez) |

Vrifiez les accents

On a trop souvent tendance les oublier lorsqu'on crit la

main. Ne soyez ni ngligent ni ignorant. Dans le doute,

consultez votre dictionnaire. Il y a des cas o il est permis

d'hsiter. En voici quelques-uns :

aigu (aigue selon l'Acadmie), assener, biller, billement

la bailler belle et bayer aux corneilles, et l, diesel,

vnement (l'Acadmie admet aujourd'hui vnement, conforme

la prononciation), fri (jour ordinaire) et ferie, ferique,

genevois, grce et gracieux, rbellion et se rebeller receler,

refrner ou rfrner, rgle, rglement et rglementer, repartie

(rplique) revolver, roder, rdeur et roder (un moteur),

select, tter et ttard

N'abrgez pas trop !

Toujours dplaisantes pour nos correspondants, voire

irritantes ou grossires, les abrviations, en principe,

doivent tre formellement bannies de nos lettres et cartes. La

: 1, 2



2012
.